Espace d'un temps

L'espace d'un temps est un blog de lecture à dominante SFFF mais pas que!

Cookie monster

Cookie monster

Mi-figue, mi-raisin

Je poursuis mes lectures dans la collection Une Heure-Lumière du Bélial dans le désordre le plus total 🙂 Ce titre est l’heureux lauréat du Locus et de l’Hugo 2004 (roman court)

Dans cette novella, nous suivons une jeune femme, Dixie Mae, qui vient de décrocher un poste dans un random help desk d’un géant de la Silicon Valley : LotsaTech (une sorte de successeur de Microsoft mais en plus gros, vous voyez).

Lors de son premier jour, un de ses collègues, pour le moins attachant, va l’embarquer bien malgré elle dans une invraisemblable histoire au sein du campus de la firme high-tech. Nos deux (joyeux) compagnons vont se balader de bâtiment en bâtiment en quête d’un individu malsain qui a osé envoyer un mail reprenant des données personnelles de Dixie. Je rappel qu’il s’agit de leur premier jour opérationnel et que nos compères semblent bien décidés à se balader où bon leur semble au lieu de rester bien gentiment à leur poste (un poste que Dixie ne peut semble-t-il pas se passer et qui représente une sorte d’évolution professionnelle en rapport à ce qu’elle faisait auparavant)…

Bon, vous l’aurez sans doute deviné au travers de ma verve, je n’ai pas franchement adhéré à cette novella. Plusieurs éléments font fait tiquer. Tout d’abord les personnages, et au premier rang desquels, Dixie Mae et son truculent collègue Victor. Le côté lourdingue (c’est peu dire) et le caractère plutôt colérique (pour pas grand-chose m’a-t-il semblé…) de Dixie m’ont tout de suite rebuté. Or, c’est un problème lorsque l’on souhaite s’immerger dans un texte qui ne dépasse pas les 100 pages… Et puis, le ton des dialogues que j’ai trouvé assez puéril par moment… Enfin bon, voyons du côté de l’intrigue ?

Bizarre, vous avez dit bizarre ?

L’intrigue rattrape un peu mon déplaisir, mais sans que cela ne me transcende à aucun moment. L’enquête en elle-même sur la source du mail m’a paru tellement alambiquée dès le départ ; « quelqu’un m’envoie un mail troublant ? Je quitte mon travail pour lui mettre la main dessus et le frapper ! » en toute logique. S’ensuit toute une série de découvertes, assez fortuites du reste, qui vont inévitablement transportées nos protagonistes vers la vérité à base de cookies (informatiques, pas les gâteaux hein).

Pourtant, les thèmes me parlent beaucoup et correspondent pile-poil à ce que je peux apprécier dans un bon livre (consciences numériques, posthumanisme). Pour autant, ni le déroulement, ni les personnages ne m’ont convaincu sur le twist final.

Un mot sur la qualité physique du livre: rien à dire, pages cartonnées avec rabat, feuillets de qualité, illustration sympa (Aurélien Police). Toujours aussi plaisant!

En conclusion

Ce n’est fondamentalement pas un mauvais récit, mais j’ai eu du mal à accrocher malgré les thèmes qui me parlent d’ordinaire. Un ressenti totalement différent d’ Un pont sur la brume, bien que ce ne soit pas le même genre. D’après les bons avis généraux que j’ai pu glaner à droite à gauche sur les autres récits de cette collection, il ne fait aucun doute que je vais tout de même y poursuivre mes lectures.

Note du bouquin :

Cookie monster
Vernor Vinge
Une Heure-Lumière, Bélial
112 pages

Vous pouvez utilement consulter les avis de : Apophis, Albédo, Blog O livre, L’ours inculte, Le chien critique, Xapur, Le maki, Lorkhan, Gromovar,

 

Précédent

La Fille-flûte et autres fragments de futurs brisés

Suivant

L’espace de la révélation

  1. C’est aussi celui que j’ai le moins apprécié de la collection.

    Et c’est quoi le prochain ? Ken Liu est indispensable… 😀

    • J’ai mis la main sur L’homme qui mit fin à l’histoire 🙂

      Le prochain sera Dragon que j’ai beaucoup plus apprécié! (toujours dans l’ordre^^)

  2. Pour moi aussi ce fut mi-figue mi-raison. Je ne savais pas trop si c’était en raison d’attentes trop élevées. Mais finalement c’est que l’histoire est bien mais il lui manque un petit truc.

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :