Image header

L’espace de la révélation

L'espace de la révélation

Un début ambitieux et prometteur

L’espace de la révélation est le premier tome du cycle des Inhibiteurs d’Alastair Reynolds. Il est un des maîtres actuels de la hard SF et c’est sur l’indication (toujours avisée) d’Apophis que je me suis plongé dedans. Voyons ce qu’il en retourne.

L’action se situe entre le XXVe et le XXVIe siècle. L’Humanité s’est dispersée à quelques encablures de son monde natal (comprenez à quelques centaines d’années – lumières, une broutille dans l’univers !) grâce à la propulsion Conjoineur qui permet d’atteindre une vitesse quasi luminique. Cette colonisation a aussi été rendue possible grâce à la cryosomnie qui permet à tout un équipage de faire dodo pendant que le vaisseau atteint sa destination, ce qui peut donc prendre plusieurs dizaines d’années, même avec une vitesse relativiste. Le fait d’hiberner (thème assez récurrent dans la SF du reste) permet aussi accessoirement aux humains “d’économiser” leur espérance de vie et, de ce fait, de profiter des joies d’une nouvelle vie sur un monde de pionniers. Ceci est encore plus vrai avec le développement des traitements de longévité permettant également de prolonger drastiquement la vie (en bonne santé qui plus est, c’est toujours appréciable). Mieux que ça, il est désormais possible de télécharger sa personnalité sur des supports numériques et ainsi accéder à une quasi-immortalité. Encore mieux, il existe une autre possibilité : la cybernétique.

En effet, je le disais, l’Humanité s’est développée et s’est, pour ainsi dire, diversifiée en plusieurs groupes, plusieurs factions, aux buts sensiblement différents : les Ultras, des êtres humains augmentés qui sillonnent l’espace, les Chimériques, radicalement transformés par la cybernétique justement, qui n’ont quasiment plus rien d’origine sous le capot ou encore les Conjoineurs, encore plus augmentés que les Ultras, originaires de Mars et à la technologie hyper avancée (créateurs des moteurs spatiaux du même nom)

On le voit bien, si la technologie spatiale a connue des avancées notables, elle s’est également accompagnée de transformations radicales pour les humains. Le génie génétique est bien présent, le transhumanisme et le posthumanisme sont parfaitement dépeints (par l’intermédiaire des personnages clés, je vais y venir) et le tout est à la fois réaliste et cohérent. C’est une des grandes qualités de ce livre d’ailleurs, l’extrême cohérence du monde proposé par A. Reynolds ; pas question ici d’utiliser des technologies loufoques dont on ne sait rien et qui permettent d’aller plus vite que la lumière, par exemple. Le tout est basé sur des avancées technologiques, certes fascinantes et un brin déstabilisantes, mais réalistes même si parfois (trop) peu décrites (les Conjoineurs).

D’ailleurs, les technologies d’implants cérébraux, aux fins d’augmentations neuronales, sont très présentes et améliorent prodigieusement les capacités sensorielles. À ce titre, un des personnages (je ne précise pas lequel pour ne pas spoil) utilise des implants de loyauté pour tenter d’en soumettre un autre (une idée qui rappelle forcément les mods de loyauté utilisés par Greg Egan dans Isolation).

La situation politique est un peu passée sous silence, il semble que les différents systèmes planétaires gèrent leurs affaires avec plus ou moins de liberté. En tout cas, il n’y a pas d’empire ou autre système centralisé qui exerce son autorité unilatéralement sur tous les systèmes, bien que certaines planètes semblent disposer d’un peu plus d’envergure que d’autres. Au final, cela m’a fait penser aux cités grecques antiques assez autonomes dans leurs fonctionnements mais disposant néanmoins d’une culture partagée avec les autres cités grecques.

La trame

L’intrigue se déroule autour de trois personnages principaux (leurs points de vue alternent indifféremment au cours des chapitres). Il y a tout d’abord Dan Sylveste, un archéologue qui est sur Résurgam dans le secteur de Delta Pavonis. C’est une planète assez hostile et stérile ; peuplée par quelques colons qui périclitent et arrivés là quelques dizaines d’années auparavant. Au cours de fouilles, Sylveste met la main sur des vestiges d’une ancienne civilisation, aujourd’hui disparue : les Amarantins (des sortes d’oiseaux plus ou moins humanoïdes) qui se sont éteints environ un million d’années auparavant suite à l’Évènement. Ce cataclysme est à l’origine des recherches de Sylveste: quelle est sa nature ? Qu’est-ce qui a bien pu oblitérer cette civilisation entière en un clin d’œil ? La découverte des vestiges amarantins est rapidement stoppée par un renversement politique initié à Cuvier, la capitale de Résurgam (Sylveste opère loin de Cuvier). Cela aurait pu être sans incidence pour lui sauf qu’il était également le gouverneur de la planète et les rebelles au pouvoir vont l’emprisonner quelques années retardant d’autant l’analyse des découvertes faites sur les Amarantins (qui vont s’avérer être cruciales).

Entre temps, nous suivons Ana Khouri. C’est une ancienne soldate (au Bout du Ciel) qui est désormais tueuse à gages. Particularité notable : elle est employée par des clients désireux d’échapper à leur propre contrat. Pour être plus clair, ils veulent qu’elle les tue tout en n’essayant d’y échapper (afin de pouvoir s’en vanter après, ils ont la possibilité de “renaître” s’ils meurent grâce à une sauvegarde de personnalité). C’est lors de l’un de ces contrats qu’elle est recrutée (sans avoir vraiment le choix) par la Demoiselle qui va la missionner pour tuer… Sylveste.

Enfin, il y a Ilia Volyova, membre d’équipage du Spleen de l’Infini, un immense vaisseau dit gobe – lumen. Il est si grand que des sections entières sont composées de paysages naturels, avec ses forêts, prairies, etc. En outre, Volyova est chargée de l’armement à bord et dispose d’une cache d’armes terrifiantes… Elle partage la gestion du vaisseau avec deux autres Ultras : Sajaki, une sorte de samuraï augmenté et Hegazi; formant ainsi le Triumvirat (hum encore une référence antique). Un personnage d’importance, mais quasiment absent du livre (et pour cause) est le capitaine du vaisseau, Brannigan, dont on ne sait pas grand-chose à part qu’il est atteint par une maladie (la Pourriture Fondante, bon appétit !) qui le dévore à petit feu et c’est la raison pour laquelle il est maintenu dans un état de cryogénie avancée, seule méthode qui permet au mieux de stopper l’invasion de la maladie. Personnage d’importance, car une seule personne semble être en mesure de le sauver… Sylveste.

Structure

Je vais m’arrêter là pour ne pas spoiler davantage, mais sachez qu’après l’introduction des principaux personnages et leur environnement, tout se met progressivement en place et l’intérêt va grandissant! On ne perçoit pas forcément bien le lien qui existe entre les personnages, les Amarantins et tout ce qui les environne au départ, mais au fur et à mesure de l’intrigue on est littéralement plongé dans l’histoire et il est difficile de lâcher… D’autant plus que les rebondissements secondaires ne sont pas rares et permettent de renouveler l’intérêt de l’intrigue principale très fréquemment (si tant est qu’elle en est besoin).

Le récit est servi par une belle plume, A. Reynolds prend le temps d’expliquer et distille au compte goutte les éléments structurants : on n’est pas noyé sous une tonne d’infos à retenir (ce qu’on l’on pourrait suspecter de prime abord pour un ouvrage de hard SF), les quelques flash-back sont avantageusement placés sans perte de rythme, bref c’est un récit homogène et plaisant dans sa construction malgré la densité des thèmes abordés.

Le seul petit bémol que j’ai éprouvé concerne certains dialogues qui étaient incohérents et/ou avec une absence de transition correcte; des dialogues parfois hachés qui passent du coq à l’âne sans que l’on comprenne bien où l’auteur a voulu en venir / l’impression d’utiliser des raccourcis un peu wtf.

En conclusion

Un premier tome de cycle que j’ai trouvé excellent qui par sa construction progressive et son vaste univers dépayse totalement le lecteur. Vous l’aurez compris, l’aspect science de l’ouvrage est très solide (c’est une qualité pour moi) sans que cela soit rebutant ou infiniment trop compliqué. Au contraire, cela sert le récit parfaitement et les quelques éléments distillés par A. Reynolds font indubitablement penser que la suite sera encore plus réjouissante. À noter que l’âge de l’ouvrage (2000) ne le rend absolument pas hasbeen (je le dis car il peut m’arriver d’avoir un à priori idiot quant à la date d’écriture de certains livres de hard SF, se vérifiant parfois, mais ce n’est clairement pas le cas ici grâce au haut degré de maturité technologique atteint par l’Humanité dans le livre).

Je me lancerai avec plaisir dans la suite du cycle et vous recommande clairement ce livre, d’autant plus si les thèmes hard SF sont votre came, mais je pourrai tout à fait le conseiller également à un novice du genre qui voudrait se lancer dedans sans se farder KSR et sa trilogie martienne par exemple 🙂

Note du bouquin :

L’espace de la révélation
Alastair Reynolds
Édition Poche, 2004
896 pages

Vous pouvez utilement consulter les avis de : Renaud,

Précédent

Cookie monster

Suivant

Dragon

  1. J’avoue que je ne me suis pas encore laissé tentée mais je lorgne sur ce genre de livres (“classiques récents de la hard SF”) depuis quelques temps du coup pourquoi pas celui ci après tout =)

    Par contre je pense que je les tenterais en VO, enfin on verra j’ai le temps d’y réfléchir ^^

  2. Merci pour ta confiance 🙂

    Je suis content que ce roman t’ait plu ! Tu verras, les suites sont, je trouve, encore meilleures (particulièrement L’arche de la rédemption).

  3. C’est auteur est au programme chez moi, avec jsutement cet espace merveilleux.
    Belle critique!

  4. Je dois avouer ne pas avoir un souvenir impérissable de ce livre. Oui, il y a de la rigueur, mais pas au niveau de l’écriture en elle-même, je trouve. Le récit ne m’a pas emballé. Je n’ai pas compris la réaction de certains personnages : plus que le récit, c’est peut-être la finition des personnages qui m’a refroidi.

    • Oui les personnages n’ont pas non plus été le point fort du récit pour moi, notamment les dialogues parfois un peu wtf^^ Niveau hard – science c’est beaucoup mieux par contre

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :